Daniel Pennac

Prix Grinzane Cavour International (2002)

Daniel Pennac, de son vrai nom Daniel Pennacchioni, est né le 1er décembre 1944 à Casablanca, au Maroc. Il est le quatrième et dernier d’une tribu de garçons. Son père est militaire. La famille le suit dans ses déplacements à l’étranger –Afrique, Asie, Europe– et en France, notamment dans le village de La Colle-sur-Loup, dans les Alpes-Maritimes. Quand il évoque son père, il l’assimile à la lecture : «Pour moi, le plaisir de la lecture est lié au rideau de fumée dont mon père s’entourait pour lire ses livres. Et il n’attendait qu’une chose, c’est qu’on vienne autour de lui, qu’on s’installe et qu’on lise avec lui, et c’est ce que nous faisions.» Daniel passe une partie de sa scolarité en internat, ne rentrant chez lui qu’en fin de trimestre. De ses années d’école il raconte : «Moi, j’étais un mauvais élève, persuadé que je n’aurais jamais le bac.» Toutefois, grâce à ses années d’internat, il a pris goût à la lecture. On n’y permettait pas aux enfants de lire, comme il l’évoque dans « Comme un roman » : « En sorte que lire était alors un acte subversif. À la découverte du roman s’ajoutait l’excitation de la désobéissance…».
Ses études de lettres le mènent à l’enseignement, de 1969 à 1995, en collège puis en lycée, à Soissons et à Paris.
Son premier livre, écrit en 1973 après son service militaire, est un pamphlet qui s’attaque aux grands mythes constituant l’essentiel du service national : l’égalité, la virilité, la maturité. Il devient alors Daniel Pennac, changeant son nom pour ne pas porter préjudice à son père.
En 1979, Daniel Pennac fait un séjour de deux ans au Brésil, qui sera la source d’un roman publié vingt-trois ans plus tard: « Le Dictateur et le hamac ».
Dans la Série Noire, il publie en 1985, « Au bonheur des ogres », premier volet de la saga de la tribu des Malaussène (dont on retrouvera le «petit» dans « Kamo. L’idée du siècle »).
Daniel Pennac continue sa tétralogie avec « La Fée Carabine » puis « La petite marchande de prose » et « Monsieur Malaussène » (il y a ajouté depuis « Aux fruits de la passion »).
Il diversifie son public avec une autre tétralogie pour les enfants, mettant en scène des héros proches de l’univers enfantin, préoccupé par l’école et l’amitié : « Kamo, l’agence Babel », « Kamo et moi », « L’évasion de Kamo » et « Kamo, l’idée du siècle ».
Ces romans sont-ils le fruit de souvenirs personnels? «Kamo, c’est l’école métamorphosée en rêve d’école, ou en école de rêve, au choix.»
À ces fictions s’ajoutent d’autres types d’ouvrages : un essai sur la lecture, « Comme un roman », deux ouvrages en collaboration avec le photographe Robert Doisneau et « La débauche », une bande dessinée, avec Jacques Tardi.
Il a mis fin en 1995 à son métier d’enseignant pour se consacrer entièrement à la littérature. Toutefois, il continue d’avoir un contact avec les élèves en se rendant régulièrement dans les classes.

Autour du Roméo et Juliette d’Eugène Durif.

Parler de Roméo et Juliette aujourd’hui permet d’aborder des sujets comme celui de la provocation, de l’humour qui peut se transformer en harcèlement, et surtout de la liberté individuelle, et du regard jugeant des autres sur ma vie (les parents, les copains, les rumeurs, les réseaux…).

Les sensibilisations, stages et ateliers permettent de traverser de manière ludique des extraits de la pièce ou d’autres textes jeunesse de théâtre autour de ces thématiques.( PEPS, Résidence RESAC en collège, sensibilisations, ateliers de lecture à voix haute…)

Carole Fréchette

Carole Fréchette est une comédienne et dramaturge québécoise francophone contemporaine.

Née à Montréal (Canada) en 1949, Carole Fréchette est l’une des figures majeures du Théâtre contemporain québécois. D’abord comédienne, Carole Fréchette intègre la compagnie du Théâtre des Cuisines dans les années 80. Elle y apprend toutes les facettes du métier et trouve son véritable épanouissement dans l’écriture
Sa première pièce, « Baby Blues », est créée en 1991 ; suit « Les quatre morts de Marie » (1995), qui obtient le Prix du Gouverneur général du Canada. Les créations se succèdent et, en 2002, elle est récompensée par le Prix de la Francophonie lors du Festival d’Avignon.
Pour l’édition 2016 du Paris des Femmes, elle signe ‘Ismène’, monologue pour une actrice, dans le recueil de dix pièces courtes « Crimes et Châtiments », dans la Collection des quatre-vents de L’avant-scène théâtre, 

Eugène Durif


Après des études de philosophie, Eugène Durif a été journaliste. Il écrit pour la radio, le
cinéma, la télévision, mais depuis quelques années, il s’est tourné résolument vers le
théâtre. Il fonde avec Catherine Beau la Compagnie L’Envers du décor.
On peut citer parmi ses pièces : Les petites heures, Tonkin-Alger(Actes Sud) , Meurtres hors
Champs (Tapuscrit), Le Petit Bois Même pas mort, A même la peau ainsi qu’une quinzaine
d’autres œuvres dédiées à la scène. Plusieurs d’entre elles ont été réalisées par France
Culture (notamment dans le « Nouveau répertoire dramatique » de Lucien Attoun). Il écrit
également des pièces pour le jeune public dont : La Petite Histoire.
Dès 2001, il publie plusieurs romans chez Actes Sud.
Également comédien et metteur en scène, il a joué dans La Nuit des Feux (également auteur)
mis en scène par Karelle Prugnaud au Théâtre National de la Colline en 2008, Le Cauchemar
de Jean Michel Rabeux au Théâtre de la Bastille, etc.

Atelier de lecture à voix haute et travail sur l’oral

Parce que la lecture reste un moment de partage entre les jeunes et les adultes. Les jeunes ou moins jeunes aiment qu’on leur raconte des histoires à voix haute.

Parce qu’une approche ludique mêlant oralité et jeux avec des mots , décomplexe et offre la possibilité de se faire confiance et d’affirmer sa présence .

Parce que la lecture à voix haute permet d’entendre sa voix , d’oser se faire entendre par un public, via les mots d’un auteur.


Atelier ludique de lecture à voix haute à l’adresse d’enfants, adolescents , ou adultes.
intervention de Florence Bisiaux , Séverine Ragaigne, Adeline Fleur Baude, comédiennes ayant pratiquées de nombreux ateliers ludiques de lecture à voix haute avec des enfants et des adolescents
Ateliers de deux ou trois heures de pratique , selon l’âge des participants et la fréquence des interventions.
Proposition à partir d’extraits de romans contemporains, d’albums jeunesse, d’extraits de pièces de théâtre contemporaines ou de lectures des participants.

Possibilité d’adapter de manière spécifique au travail sur l’illettrisme.

La séance commence par une mise en cercle des participants: petits jeux ludiques, physiques, verbaux pour lâcher prise , se faire confiance , oser se montrer, entendre et faire entendre sa voix . Puis , en collectif, ou par deux, trois, pour lutter contre le manque de confiance qui nous paralyse devant un public, les participants font entendre un extrait de roman, dans une pratique à la fois ludique et technique .
Programme modulable selon le public concerné.

Momo, petit prince des Bleuets de Yaël Hassan

Lecture mise en espace



Florence Bisiaux (jeu)
Durée : 35 minutes
à partir de 8 ans
CE2, CM1, CM2

Résumé : C’est l’histoire de Mohammed, dix ans, dit Momo, qui s’apprête à passer l’été à la cité des Bleuets et qui s’ennuie à mourir. Mais cette année, encouragé par son institutrice, il a
une liste de livres à découvrir. Sa sœur Yasmina accepte de l’emmener à la bibliothèque.
Momo un peu anxieux pousse la porte de ce lieu inconnu et va découvrir un nouveau monde.
Sur le banc sur lequel il s’installe, il fait la connaissance de Mr Edouard, un personnage fantaisiste, instituteur à la retraite, qui lui raconte des anecdotes sur les livres et les écrivains et le nomme Momo, petit prince des Bleuets. Un jour, Momo apprend que Mr Edouard, qu’il trouve si extravagant, habite dans une résidence pour personnes âgées et souffre de la maladie d’Alzheimer.


Ce roman est une belle histoire d’amitié entre un enfant et un vieil homme. C’est avant tout une invitation au plaisir de la lecture, le récit étant ponctué des histoires du Petit Prince, de Vendredi ou la vie sauvage, que Momo découvre avec délice.
Momo va faire deux rencontres intimement liées qui vont bouleverser sa vie : celle de Mr Édouard et celle de la lecture.

Kamo, l’agence Babel de Daniel Pennac

Lecture spectacle musicale en cours de création

Mise en espace et Jeu narrateur : Florence Bisiaux


jeu Kamo et musique: Antonin Vanneuville

Durée : 40 minutes
à partir de 9 ans
CM1, CM2, 6ème, 5ème

Résumé : Kamo est nul en anglais et sa mère n’arrive pas à garder son travail. Alors ils font un pari : Kamo doit apprendre l’anglais en 3 mois en choisissant un correspondant anglais et de son côté, sa mère doit réussir à garder un même travail pendant tout ce temps. Catherine Earnshow est la mystérieuse correspondante de Kamo à l’agence Babel ; elle obsède Kamo, à en oublier son amitié avec son meilleur copain, le narrateur.
Son meilleur ami va mener l’enquête : il faut sauver Kamo !
« Cathy » issue du 19ème siècle, n’est autre que la Cathy des Hauts de Hurlevent que la maman de Kamo fait revivre via ces lettres.
A travers cette histoire sont abordés plusieurs sujets : le manque de la figure paternelle, l’amour de sa mère qui entraine Kamo dans une passion épistolaire et l’amitié.


Ce qui nous touche le plus et c’est tout l’art de Pennac, c’est qu’il nous emmène malgré nous, dans une aventure, mêlant suspens, littérature et langue anglaise, en s’adressant tout autant à des lecteurs assidus, qu’à des enfants qui rechignent à lire.
Une belle invitation à la rêverie littéraire.

Projet Les Z’aidants 2019

Florence Bisiaux partage un  très beau projet atelier écriture, théâtre et photo/vidéo avec les z’aidants d’Artois qui vont aller sur scène se raconter, parler avec fierté de leur association, du café des z’aidants, de leur force et fragilité en tant qu’Aidants, pour mieux les faire connaître. Avec Jean Maximilien Sobocinski pour l’atelier d’écriture et Sandrine Henneuse  à la photo et vidéo , Mise en scène et espace Florence Bisiaux, porté par la compagnie Hautblique et Eva Serusier.Projet à l’initiative des Z’aidants, Soutenu par le Département Pas De Calais et la maison de l’autonomie de l’Artois. Présentation publique le 28 juin 2019,15h , Béthune.

David Paquet

David Paquet, auteur de la pièce « Appels Entrants illimités », que Florence Bisiaux a mis en scène et qui se jouera le 18 mai à 14h et 20h au centre Culturel Jean Ferrat à Avion, vient de remporter le prix Sony Labou Tansi des lycéens

David Paquet remporte le Prix Sony Labou Tansi des lycéens

Yanick Corriveau

Le Prix Sony Labou Tansi des lycéens 2018 a été décerné à David Paquet pour Le brasier, une pièce publiée chez Leméac éditeur. Le lauréat a été désigné le 26 avril au Centre Culturel Jean-Moulin à Limoges. Créé il y a 16 ans en Limousin, ce prix est devenu aujourd’hui international. Il a pris son essor en Nouvelle Aquitaine, accueillant plus de 700 lycéens des académies de Limoges, Bordeaux et Poitiers, tout en renforçant son rayonnement dans toute la France et à l’étranger. En 2018, plus de 1 300 lycéens participent au vote.

Le prix, qui a pour objectifs de faire lire, entendre et voir du théâtre contemporain d’expression française, est une des actions du Pôle de Ressources pour l’Éducation Artistique et Culturelle (PREAC) «Écritures et Théâtres Contemporains Francophones», piloté par l’atelier Canopé 87 et le Rectorat de Limoges, en partenariat avec les Francophonies en Limousin et sa Maison des auteurs. Il est soutenu par la Direction Régionale des Affaires Culturelles et le Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine.

Pour la sixième année consécutive, les Centres culturels municipaux de la ville de Limoges s’associent au prix. Ils ont accueilli au Centre culturel Jean Moulin, les classes de l’académie de Limoges qui ont élu leur texte lauréat parmi les cinq œuvres étudiées tout au long de l’année scolaire: Lubna Cadiot (x7) d’Anaïs Allais, France, 2016, Actes Sud-Papiers; Les larmes d’Œdipe de Wajdi Mouawad, Liban/Canada-Québec/France, 2016, Leméac/Actes Sud; Le brasier de David Paquet, Canada-Québec, 2016, Léméac; Berlin sequenz de Manuel Antonio Pereira, Portugal/Belgique, 2017, Espaces 34; Kinky Birds d’Elsa Poisot, Belgique, 2016, Lansman.

Pendant cette journée du 26 avril, les élèves ont débattu et présenté leur argumentation suivant différents modes d’expression: création d’affiches, lecture d’extraits des cinq œuvres, critiques radiophoniques, interpellations, écritures d’invention, plaidoiries. A l’issue de ces plaidoyers, les élèves de l’académie de Limoges voteront (un élève = une voix) pour désigner leur lauréat. A ce vote s’ajoutera celui des autres participants collecté par voix numérique. L’opération ne s’arrête pas là, lors du Festival des Francophonies, une dizaine de lycéens volontaires participeront à un stage de lecture avec les comédiens de la compagnie Méthylène, suivi d’une lecture-spectacle publique, inscrite dans la programmation du Festival, du texte lauréat.

Communiqué de presse | Prix Sony Labou Tansi

Pep’s :les jeunes et les réseaux sociaux: INTERVIEWS, VIDÉOS, LECTURE MUSICALE

IMG_2977IMG_3026photo Lecture Valentine Labbérézo - Copie

La compagnie Hautblique a réalisé deux Pep’s:
au lycée Valentine Labbé et au lycée Sévigné à Tourcoing.

Travail avec une classe autour de la question : les jeunes et leur utilisation des réseaux sociaux. Les élèves ont été créateur de leur propre questionnaire , sont allés interviewer d’autres classes . Ils ont mis en jeu les réponses données devant la caméra. une lecture musicale interprétée par Florence Bisiaux et Aurélie Leconte , etYann Dupont à la guitare,insérant ces vidéos, a eu lieu au lycée Valentine Labbé le 11 mai à 15h et 16h salle polyvalente, puis le 22 mai après-midi, au lycée Sévigné

.photos ecture valentine labbé 2

Intervenants projet: Florence BisiauxSophie AffholderAurélie LeconteJean Maximilien Sobocinski.Vidéo: Sandrine Henneuse .